inactualités et acribies

Mélanges, miscellanées, miettes – II –

4 Juin 2020 , Rédigé par pascale

Les racines d’un mot le retiennent au sol friable de l’oubli ; le couper au plus court revient, en l’enterrant, à le laisser pourrir.

*

« Avoir faim à en creuser l’assiette ». Magnifique !

*

Trouvé avec plaisir et satisfaction cet équivalent aux indigestes cookies, l’expression témoins de connexion, qui dit tout de leur fonction espionne, là où les cookies vous font croire à leur immunité et leur douceur sucrée.

*

Se rend-on bien compte de ce que représente la survivance et la transmission multiséculaire d’une œuvre d’art, ce qu’il a fallu de chances, de soins, de volontés, de décisions, de travail et de techniques exclusivement voués à sa préservation, si, d’un clic, on se persuade du droit illimité à la posséder, en disposer, la contempler ou autres formes d’appropriation et de jouissances, dans les meilleurs délais et au moindre coût ? Ainsi devrait-on toujours la main tremblante et l’attente religieusement fébrile, aussi lire les grands textes qui ne sont pas de notre siècle et avancer dans les musées ou les lieux que l’on dit — d’un mot si galvaudé — culturels.

*

Pour écrire un il faut deux lettres, mais seulement trois pour tracer six — ça fait coup double — comme pour le huit où quatre suffisent.

*

Contraire et contradictoire ne se contredisent pas nécessairement, ce peut être contrariant pour qui aime prendre toujours le contre-pied, proposer une contrepartie, juste pour faire contraste, exprimer un a contrario ou présenter un contrepoids, voire un contre-poison. Y a-t-il quelqu’un pour contredire ?

*

Connaissez-vous les livres de Jean-Marc Lovay ? Cela vaut la peine d’abandonner les prescripteurs officiels : « Il m’est arrivé de retourner ma table pour avoir l’impression de travailler après un tremblement de terre. J’ai écrit comme ça, sur ma table retournée comme un plafond qui m’écrase. » Tentant non ?

*

Petit exercice de destruction à la massue d’un pléonasme courant et pénible : « C’est toujours le cas dans notre monde actuel » !

Soustraction n°1 : C’est toujours le cas dans notre monde actuel, suffirait amplement, puisque s’il est le nôtre, il nous est de facto actuel, terme à supprimer.

Soustraction n° 2. Mais : C’est toujours le cas. dans notre monde, est encore mieux ! puisque dans notre monde et actuel, n’ajoutent rien de plus ou de nouveau à ce que toujours signifie.

*

Cette anecdote est fort connue, mais on ne s’en lasse pas :

Caligula allait jusqu'à prier à souper un de ses chevaux, nommé Incitatus, à lui servir de l'orge dorée, et lui donner à boire du vin dans des coupes d’or ; de plus, il jurait par le salut et la fortune de ce cheval, et promettait même de le créer consul, chose qu'il n'aurait pas manqué de faire, s'il avait vécu plus longtemps. Dion Cassius : L’histoire romaine, LIX, 14. (Toujours avoir un Dion Cassius près de soi.)

*

La prée a disparu pour qui ne l’a pas cultivée, lui préférant les champs de l’ignorance où jamais non plus il ne vit de fés.

*

Huet, évêque d’Avranches (XVIIème siècle) -musicien, philologue, janséniste, érudit, écrit une « longue, cruelle, freudienne autobiographie qu’il eut la volonté de composer en latin » pour « l’interdire à la médisance et au regard de ceux qui n’entendent rien. » (dixit P. Quignard in Le nom sur le bout de la langue). Que n’a-t-on maintenu ces élégantes mœurs !

*

« Il y a des phrases qui cognent à la vitre » (A.Breton in 1er Manifeste du Surréalisme - 1924). Il faut être écrivain pour les attendre et entendre.

*

Nul ne peut prendre la mer à bras le corps.

*

Le 20 juin 451, Attila est battu aux Champs Catalauniques.

*

L’expression a minima signifie « qui éloigne à partir (a ou ab en latin) du minimum vers quelque chose de plus grand (ad majorem) », elle est donc toujours employée fautivement.

*

La vie, « ce petit mot d’une syllabe, presque un soupir… » Henri Calet.

*

Au hasard de et dans la Correspondance de Rimbaud : « il serait préférable que vous m’envoyassiez (par retour du courrier etc…) ; il se pourrait que je les suivisse (les missionnaires)

Je m’encrapule.

(Je vous serais) superbondé de gratitude. (Et nous donc !)

*

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
"La prée", comme on disait avant.
Répondre
P
Exactement !
M
"Enfin, un bel accident.<br /> l'Océan bascula et il fut debout. Ah, que voilà une grande carte et comme elle ondule..." dans Face aux verrous<br /> <br /> Une table retournée, des suppressions, des disparitions, des vitres heurtées, la vie un soupir, ce qui nous évite le dernier s'il n'y en a qu'un.Le tumulte s'invite en ce paisible quatrième jour du mois de juin<br /> Merci, en particulier pour signaler les livres de Jean Marc Lovay, que je découvrirais.
Répondre
P
Il y a des écrivains, et donc des livres, qui n'ont l'honneur ni des libraires ni des émissions, ni des journaux. Et cela s'amplifie puisqu'il faut, plus que de coutume, faire du chiffre. Pourtant, le Suisse JM Lovay n'est pas introuvable - notamment chez Zoé poche. <br /> Merci pour vos mots et votre passage.