inactualités et acribies

dits et tus

9 Juillet 2022 , Rédigé par pascale

 

 

J’ai cinq o-i-s-e-a-u-x dans mon panier

qui font cinq plumes pour écrire

bleue – rouge – blanche – noire – verte 

à l’encre violette

 

*

 

l’infini se contraint dans un roseau

ployé abandonné au pourpris du vent

qui façonne les branches fastigiées à mi-mots

les horizons plaintifs ;

tant qu’aux azeroliers les fleurs reviendront

aux blancs ypreaux les feuilles de fine soie

et le temps qui chatoie et le temps qui poudroie

aux terres yttriques du Χάος                         

saltarelle à trois temps sur quatre

         sautille cavalcade caracole

Souventefois.

*

Les phrases ont les mots pour squelette

de broderies garni

*

Sur des tablettes de buis

je décompte les heures gravées d’acméiste manière

Le cœur battant des pierres est brouillé par la pluie

 

*

Songe au silence

de l’arrière-pays des mots

 

         *

 les braises soufflées,

l’angelus sonné

où pendre désormais nos larmes

entre tous nos chagrins

 

*

 

Seule une blanche main peut dessiner des E muets

dans un silence si épais

qu’il recouvre tous bruits.

 

*

Dans le mot ciel,

aucun nuage.

 

         *

 

Pieds nus dans la blanche herbe

qui gelait à mots fendre

en la vallée petite de silence

où si froid il faisait

jusqu’à la revenance.

Un vloulement d’ailes

suffit.

         *

Crevel et Chirico

         Le poète me tient par la main

pour traverser ensemble

l’ombre verte et la grand place

les rues métaphysiques du peintre

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article